Je suis de retour!!

Enfin, l’Université est officiellement terminée pour moi! Yay! Ça veut aussi dire plus de temps pour tricoter, peindre, coudre, finalement aménager mon atelier après 3 ans à en parler! Le tout entre deux CV/entrevues. 

Mais le but de cet article aujourd’hui n’est pas pour vous parler de moi mais de mon oncle. Depuis un peu plus d’un an, il s’est mis à créer des œuvres magnifiques tout en faisant la promotion du recyclage et de la récupération. En fait, ses créations sont faites entièrement de feraille et autres matériaux rejetés par les autres. De vieux ustensiles ou des billes de bearing deviennent des oiseaux, une bougie d’allumage qui n’allume plus se transforme en avion ou en maringouin…

Bref, allez jeter un coup d’oeil sur sa page Facebook. Elle est remplie de photos et d’histoires à propos de ses œuvres. Assurez-vous d’avoir du temps devant vous car vous y en passerez beaucoup!

Les créations Ferecho

À bientôt mes v’limeux!! xxx

Advertisements

Costume d’Halloween

Décider de mon costume d’Halloween cette année n’a pas été chose facile. Je travaille dans un bar, je voulais quelque chose qui fite avec le rôle de waitress, quelque chose de cool que j’allais avoir du plaisir à réaliser.

En cherchant sur Pinterest (je crois que je passe autant là-dessus de temps, sinon plus! que sur Facebook) avec les tags « waitress costume » ou « barmaid costume », à part tous les costumes cheaps préfabriqués et vendus trop chers, il y avait ceux inspirés de Skyrim. Humm… je préfère! J’ai donc modifié ma recherche en ce sens, pour finalement chercher « larp female costume », ou costume de GN pour femme (ou femelle, c’est selon!!). Si vous avez envie de voir mes inspirations, voici mon tableau Pinterest Halloween 2015. Après plusieurs esquisses, croquis et dessins, voilà le croquis final.

Pour le matériel, une virée ou deux au comptoir familial (le sous-sol de l’église de McMasterville, dans mon cas), 7,50$ et j’avais tout ce dont j’avais besoin… pour ma première idée. Certains trucs pouvaient faire pour mon idée finale, mais pas tout à fait. J’ai donc fait une autre virée chez Fabricville aux Promenades St-Bruno. Ils ont des paniers avec des « coupons », c’est-à-dire des restants de ballots de tissus, des mauvaises coupes ou encore des clients qui changent d’idée après avoir fait couper leur tissus, j’imagine. D’ordinaire, c’est 4/1. Tu paies le plus cher et tu as les trois autres coupons gratuits. Cette semaine, c’était 10/1. Pour 15$, j’ai eu 10 (en fait… 9, un moment donné t’es tanné de chercher dans le panier pis c’est pas tout qui fait l’affaire!), donc, 9 coupons. Oh que yes! La madame était contente.

Parmi ces coupons, il y en avait un d’une valeur de 0,75$,  un genre de cuirette comme on appelle dans mon coin, un espèce ce vinyle imitation de cuir. Environ un pied et demi de large par presque cinq pieds de long. C’est avec ça que j’ai fait mes brassards.

Brassard extérieur Brassard intérieur

Vinyle avant/après

La couleur n’était pas vraiment appropriée, mais heureusement pouvait servir de base (plus que fushia, mettons!)

Première étape : faire un modèle selon votre bras sur une feuille de papier.
Deuxième étape : Couper deux exemplaires du modèle dans le vinyle.
Troisième étape : C’est là que le fun commence. J’ai pris mon morceau de cuirette et je l’ai bouchonné, plié d’un sens et plié de l’autre, débouchonné et rebouchonné. Ça a créé des plis ou des veines plus creuses.
Quatrième étape : La peinture! Avec un p’tit pot d’acrylique de chez Dollorama brun « terre d’ombre brûlée », j’ai épongé de la peinture en particulier dans les plis et j’ai ensuite essuyé/étendu la peinture avec un essuie-tout en vérifiant toujours qu’il en restait dans les plis. Petit truc que j’ai découvert en le faisant : lorsque la peinture commence à être un peu sèche, repasser avec un essuie-tout sec (donc pas celui qui est plein de peinture) et frotter un peu. La couleur reste quand même là où c’est plus élevé mais ça met vraiment l’accent sur les veines brunes. En fait, essayez! L’essaie-erreur est le meilleur truc. Et j’allais oublier : dans le cas du tissus que j’ai utilisé, les rebords étaient blancs. J’ai donc peinturé les rebords pour ne pas avoir de lignes blanches qui viennent foutre en l’air le costume!
Peindre le vinyle

Cinquième étape : Faire une couture avec du fil à bracelet d’amitié brun pour donner du caractère et une impression de fini.

 Couture du rebord

Sixième étape : Avec un poinçon (ou une grosse aiguille à laine pointue ou un clou ou bon!), faire des trous là où le fil passera pour attacher le brassard. Essayez des faire vis-à-vis. Pour l’attache, j’ai pris du fil de cuir qui vient, je vous le donne en mille, Dollorama! Pour passer le fil de cuir un peu épais, je j’ai poussé dans les trous avec une aiguille à laine. Pour la longueur du fil, n’oubliez pas que vous devrez lousser le brassard pour vous le mettre sur le bras, donc il faut que le fil soit quand même assez long.

La suite du processus quand j’aurai terminé; pour l’instant seul les brassards sont faits.

Chow gang!

C’est un départ!

Eh bien voilà. J’y pensais depuis longtemps, mais c’est maintenant le temps de mon premier post sur mon premier blog!

Pourquoi La Vlimeuse? Parce que pour certaines personnes, c’est pratiquement mon surnom. Parce que je suis espiègle et malicieuse. Parce que j’aime la sonorité. Parce que ce blog risque de parler de tout, de rien, mais surtout de tout… Tricot, couture, DIY de toutes sortes, loisirs créatifs en tout genre (je manque de tablettes dans mon atelier pour tout classer en catégories!), dessin, débat de société, peinture, mode, maquillage, nouvelles, ce qui m’interpelle, et j’en passe! Alors un titre plus spécifique… un peu impossible.

Je suis quelqu’un d’intense. Personne ne peut m’accuser de manquer d’exaltation. Je n’ai pas UNE passion. J’ai de nouvelles passions chaque jour (c’est peut-être pourquoi mon atelier déborde de matériel, d’ailleurs). Je saute du coq à l’âne (en passant parfois par le poisson rouge) dans la même phrase. André Sauvé, humoriste que j’adore, a déjà dit quelque chose comme quoi son cerveau fonctionnait tel un rack d’assiettes de buffet chinois, les assiettes représentant les idées… t’en prends une, y’en a une nouvelle qui pop. Avec cinq comme ça de front. Moi aussi.
Mon blog risque donc de ressembler à mon cerveau; un ramassis d’idées de toutes sortes que j’ai envie de partager. Avec plus de classement. J’espère.

Ces temps-ci, je trippe tricot. Ma filleule et mon beau-frère on reçu respectivement une tuque et une paire de bas pour Noël. J’ai envie de faire la garde-robe complète du futur bébé de ma cousine enceinte (qui accouchera en mai. Dommage, il va faire trop chaud pour les gros gilets tricotés par matante…) Hier, j’ai terminé ma tuque. Mais… j’ai envie d’en faire une autre, car je trouve que les couleurs fitent plus ou moins avec celles de mon foulard. Bref.

Alors voilà, je crois que ça résume assez bien ce nouveau blog et sa créatrice. Ou non. Mais si je n’arrête pas là, le soleil va se lever demain et je serai encore effouerrée sur mon divan, mon laptop sur les cuisses, en train de continuer de déblatérer un post que vous ne lirez jamais jusqu’à la fin parce que beaucoup trop long.

Merci, et bienvenue!!